Une décision qui devrait faire frémir les distributeurs

Dans un arrêt du 6 janvier 2010, le Tribunal de commerce de LILLE condamne un distributeur pour déséquilibre significatif dans sa relation commerciale avec ses fournisseurs.
En l’espèce, le Ministre de l’Economie avait assigné un grand distributeur qui avait négocié, en contrepartie de la réduction de ses délais de paiement imposée par la LME, une clause prévoyant le paiement des remises sous forme d’acomptes mensuels réglés uniquement par virement, tout retard entraînant l’application d’une pénalité de retard pouvant être déduite de plein droit des règlements dus au fournisseur.
De plus, les contrats ne prévoyaient aucune clause de modification du montant des acomptes en cas de variation de l’activité.
Le Tribunal de commerce de LILLE a considéré que ces pratiques créaient un déséquilibre significatif dans la relation distributeur-fournisseur.
Cette décision, première du genre, risque de ne pas le rester très longtemps.
En effet, sous le visa de l’article L. 442-6 du code de commerce, et l’action autonome du Ministre de l’Economie, qui peut désormais décider seul**, sans l’aval du fournisseur, d’engager ou non des poursuites judiciaires à l’encontre de tout distributeur aux pratiques «déséquilibrées», nous devrions voir prochainement d’autres décisions de cet acabit.
Car le champ d’intervention est large puisque la notion de pratique restrictive de concurrence recouvre aussi bien :

A titre d’exemple courant : Est notamment abusif le fait, pour le débiteur, de demander au créancier, sans raison objective, de différer la date d’émission de la facture.
Les nouvelles prérogatives du Ministre de l’Economie n’ouvrent-elles pas la voie à une régulation de la concurrence et un retour du protectionnisme étatique du marché ?
Source :
http://www.legifrance.gouv.fr
** arrêt de la Cour de Cassation du 8 juillet 2008 Voir le document

ENVELOPPE NEWSLETTER copie

L'actu juridique numérique
du mardi matin.

Inscrivez-vous pour recevoir nos derniers articles, podcasts, vidéos et invitations aux webinars juridiques.

*Champs requis. Le cabinet HAAS Avocats traite votre adresse e-mail pour vous envoyer ses newsletters.

Vous pouvez accéder aux données vous concernant, les rectifier, demander leur effacement ou exercer votre droit à la limitation du traitement de vos données en nous contact à l’adresse mail suivante : dpo@haas-avocats.com