Spams : la lutte s’intensifie

Selon l’ENISA (European Network and Information Security Agency) 95,6 % des messages électroniques destinés aux quelques 80 millions d’adresses e-mails gérées par 92 opérateurs européens sont bloqués par différents dispositifs anti-spam. Malgré cette réduction importante du nombre de spams qui arrivent effectivement dans les boîtes de courriers électroniques, les citoyens de l’Union Européenne reçoivent tous ces «courriels». La lutte doit s’intensifier.
En effet, la Commission Européenne a, en octobre 2009, publié un rapport préconisant des mesures plus sévères à l’encontre des spammeurs.
Ce rapport identifie les faiblesses des membres de l’Union face à la lutte contre le spam et, .une fois n’est pas coutume, la France est plutôt bonne élève.
Certaines mesures ont en effet été mises en place, comme la création de l’association Signal-spam, partenariat public privé luttant contre ce fléau notamment grâce à une plateforme de signalement ouverte à tous les internautes, leur permettant de dénoncer ces courriers qui viennent envahir leur boîte aux lettres.
Selon la Commission, la France pêche cependant par son défaut de précision de la notion de «spam», notamment en ce qui concerne les «campagnes menées par les partis politiques, les associations ou le démarchage entre entreprises» ainsi que par le manque de moyens financiers engagés.
Cependant, l’Union elle-même devrait donner de nouvelles armes à cette lutte.
En effet, la nouvelle règlementation européenne dite «Paquet Télécom», adoptée en novembre 2009, et plus particulièrement la directive «vie privée et communications électroniques» propose de nouvelles solutions.
Ainsi par exemple, la nouvelle réglementation impose la notification obligatoire des violations de données à caractère personnel, une disposition qui devrait inciter les fournisseurs de réseaux et services de communications, à mieux protéger les données personnelles de leurs clients.
En outre, les internautes devront être mieux informés sur les cookies, la finalité d’utilisation de leurs données personnelles.
Enfin, les fournisseurs de services internet auront le droit de protéger leur entreprise et leur clientèle par des actions en justice à l’encontre des polluposteurs.
On espère que l’arsenal juridique mis en place sera suffisant pour mettre enfin un terme à ce fléau numérique.

Sources :
-Etude de l’ENISA;  –Voir le document
-Réforme européenne des télécommunications; –Voir le document

ENVELOPPE NEWSLETTER copie

L'actu juridique numérique
du mardi matin.

Inscrivez-vous pour recevoir nos derniers articles, podcasts, vidéos et invitations aux webinars juridiques.

*Champs requis. Le cabinet HAAS Avocats traite votre adresse e-mail pour vous envoyer ses newsletters.

Vous pouvez accéder aux données vous concernant, les rectifier, demander leur effacement ou exercer votre droit à la limitation du traitement de vos données en nous contact à l’adresse mail suivante : dpo@haas-avocats.com