L’Assemblée Plénière revient sur la frontière entre injure et diffamation

Dans un arrêt du 25 juin 2010, l’Assemblée Plénière de la Cour de Cassation rappelle que sont considérés injurieux et non diffamants les propos qui ne révèlent pas de faits précis de nature à être, sans difficulté, l’objet d’une preuve ou d’un débat contradictoire.

En l’espèce, le ministre de l’Intérieur avait diligenté une procédure à l’encontre de l’auteur – éditeur de propos publiés dans un livret promotionnel accompagnant la sortie d’un disque de rap, visant plusieurs passages mettant en cause la police nationale.

Parmi les passages incriminés, figurait notamment :

« Les rapports du ministre de l’Intérieur ne font jamais état des centaines de nos frères abattus par les forces de police sans qu’aucun des assassins n’ait été inquiété ».

Les juges du fond avaient qualifié ces propos d’injures et non de diffamation, ce que contestait la défense. L’Assemblée Plénière rejette le pourvoi, considérant que les premiers juges avaient « exactement retenu que les écrits incriminés n’imputaient aucun fait précis » et « déduit à bon droit que ces écrits, s’ils revêtaient un caractère injurieux, ne constituaient pas le délit de diffamation envers une administration publique ».

Il existe donc une frontière clairement définie entre :

Source : Arrêt n° 585 du 25 juin 2010 (08-86.891) – Cour de cassation – Assemblée plénière

Laisser un commentaire

ENVELOPPE NEWSLETTER copie

L'actu juridique numérique
du mardi matin.

Inscrivez-vous pour recevoir nos derniers articles, podcasts, vidéos et invitations aux webinars juridiques.

*Champs requis. Le cabinet HAAS Avocats traite votre adresse e-mail pour vous envoyer ses newsletters.

Vous pouvez accéder aux données vous concernant, les rectifier, demander leur effacement ou exercer votre droit à la limitation du traitement de vos données en nous contact à l’adresse mail suivante : dpo@haas-avocats.com