Les véritables enjeux stratégiques des Objets Connectés ne se situent pas là où on les attend. Ils ne résident pas au niveau des objets ou des réseaux, mais dans l’AnalytiqueObjets-connectes-3emerevolution-informatique

des Objets et l’Action Cognitive qui en découle.

Les véritables enjeux juridiques des Objets Connectés ne se situent pas dans le service lié à l’objet connecté, mais dans le contexte de sa connexion. Pour bien gérer cela, il convient d’intégrer une démarche « Legal by design » dès le lancement du projet relatif à l’objet connecté.

Gérard HAAS et Jean-Paul CRENN vous présenteront les véritables enjeux de cette 3ème révolution informatique, tant au niveau juridique que stratégique .

A cette occasion ils vous présenteront en avant première leur ouvrage « Objets connectés : la 3ème révolution informatique » paru chez Kawa Editions.

CE QUE VOUS ALLEZ APPRENDRE

  • Que la révolution des Objets Connectés est inéluctable.
  • Pourquoi les Objets Connectés concernent aussi bien les entreprises industrielles, de service ou de distribution ?
  • Quels sont les impacts des Objets Connectés sur la répartition de la valeur ?
  • Quel rôle prééminent jouent les stratégies de Plateformes dans la capture de cette valeur ?
  • Quelles sont les responsabilités des fournisseurs d’objets connectés ?
  • Quels sont les enjeux juridiques des qualités substantielles du bien et la responsabilité du fait de l’obsolescence programmée ?
  • Qu’est-ce qu’une analyse d’impact sur la vie privée ?
  • Quelles sont les Incidences du Règlement européen sur les  données des objets connectés ?

PROFIL DES PARTICIPANTS

  • Direction Générale
  • Direction de Réseau et d’Enseigne
  • Direction Marketing et Digitale
  • Direction e-commerce
  • Direction Financière
  • Direction du Contrôle de Gestion
  • Direction Juridique

 

COMPTE RENDU DE LA MATINALE

Le jeudi 2 mars 2017 s’est déroulée au sein du cabinet HAAS une matinale sur le thème des objets connectés. Elle était animée par Jean-Paul Crenn, fondateur de l’agence de conseil VUCA strategy et Maître Gérard Haas, fondateur du cabinet HAAS. Ils sont également sont co-auteur du Livre « L’Internet des Objets : la 3ème Révolution Informatique »qui sortira prochainement sur cette question.

Sur le plan économique, Jean-Paul Crenn a soulevé la nature révolutionnaire de l’objet connecté alors son échec est mis en avant. L’avènement des objets connectés « pour tous » fait face à de nombreuses résistances techniques – absence de standards – sécuritaire – hacking répétés – et juridique avec la question du régime applicable et des données personnelles. Néanmoins, ces résistances ne sont pas insurmontables.
Ensuite, Jean-Paul Crenn a insisté sur la nécessité de mettre en place une stratégie de « haut en bas », c’est-à-dire du service apporté au consommateur à la définition de l’objet et de son ingénierie.
La collecte des données et leur analyse permettent un nouveau modèle d’affaires fondé sur le service. Sur ce point, le fondateur de VUCA a rappelé que l’analyse des données est un savoir-faire stratégique qui, lui seul, conférait son « intelligence » à l’objet et sa plus-value. Force est de constater que la fabrication est aujourd’hui asiatique quand l’analyse par les plateformes est américaine. Où est l’Europe ?

Sur les aspects juridiques, Maitre Gérard Haas a commencé que les principaux enjeux sont communs à ceux du Big Data.
En matière de protection de la vie privée ; les objets connectés brassent des données anonymes dont l’anonymisation est un processus nécessaire, mais techniquement délicat. En effet, le croisement de données « anonymes » peut permettre de « ré-identifier » l’utilisateur.
Ensuite, le régime juridique des données personnelles s’applique pleinement aux objets connectés en particulier, les objets connectés interrogent la notion de consentement et l’obligation de sécurité qui pèse sur le responsable de traitement. Pour assurer leur sécurité juridique, les professionnels pourront mener des études d’impact.
Enfin, l’utilisateur de l’objet aura parfois la qualité de consommateur. Dans ce cas, le professionnel sera tenu de respecter les dispositions du droit de la consommation telles que :
· l’obligation d’information qui devra être adaptée aux caractéristiques de l’objet connecté,
· la prohibition des clauses abusives et des pratiques commerciales trompeuses
· le droit à la portabilité : le client doit bénéficier de la continuité de son expérience utilisateur malgré un changement d’objet.

Pour conclure, Maître Gérard Haas et Jean-Paul Crenn ont souligné l’importance du nouveau cadre juridique en matière de données personnelles qui implique de désigner un DPO et d’entreprendre des études d’impact préalables ainsi que l’exploration de nouveaux modèles de paiement.