Polémique sur le scanner corporel dans les aéroports : le passager mis à nu

Polémique sur le scanner corporel dans les aéroports : le passager mis à nu

En l’espèce, nul besoin d’une fouille manuelle, il suffit que le passager pénètre dans une cabine, lève les bras, en trois petites secondes, l’appareil prend une image 3D de la silhouette de la personne soumis au scanner. L’image n’a plus qu’à dévoiler ses secrets,  armes à feu, armes blanches, et explosifs sont alors facilement détectés à travers les vêtements.

Une majorité des eurodéputés s’insurge et estime que cette technique est une atteinte à la vie privée et la dignité humaine de la personne. En effet, les formes et parties génitales deviennent parfaitement visibles. C’est pourquoi, il est prévu que certaines zones sensibles, poitrine et bas ventre soient floutées.

Toutefois, des dérives peuvent très vite arriver. La police pourrait être « accusée de voyeurisme ». De plus, le système n’est pas à l’abri d’un piratage informatique, tel qu’un vol d’images qui seraient ensuite exposées sur le Web. Et ce, même si on nous assure que « les images ne seront pas enregistrées et ne seront jamais conservées ».

Signalons que ces appareils sont d’ores et déjà visibles sur les terminaux des aéroports de Londre-Luton, Amsterdam-Schipol, Zurich, et dans les 10 grands aéroports américains. En France, l’appareil est en service à titre expérimental à l’aéroport de Nice.

Attention donc…

Références :

Nicematin.com, « La polémique enfle autour du futur scanner corporel », 29 oct. 2008 – voir le document

LEXPRESS.fr, « Les eurodéputés contre le scanner qui déshabille dans les aéroports », 24 oct. 2008   – voir le document    

Lefigaro.fr, « Mise en cause des scanners corporels» dans les aéroports », 23 oct. 2008 – voir le document

ENVELOPPE NEWSLETTER copie

L'actu juridique numérique
du mardi matin.

Inscrivez-vous pour recevoir nos derniers articles, podcasts, vidéos et invitations aux webinars juridiques.

*Champs requis. Le cabinet HAAS Avocats traite votre adresse e-mail pour vous envoyer ses newsletters.

Vous pouvez accéder aux données vous concernant, les rectifier, demander leur effacement ou exercer votre droit à la limitation du traitement de vos données en nous contact à l’adresse mail suivante : dpo@haas-avocats.com