Image de présentation de l'édito

L’édito de Gérard HAAS du 02 juillet 2018 : Le paradoxe de la vie privée persiste

Le paradoxe de la vie privée persiste Nos messageries ont été submergées de messages se préoccupant brusquement du caractère licite des données qu’ils possédaient sur nous, et nous invitaient à cliquer pour continuer la relation. Cette attention soudaine était bien sûr liée à la mise en application du règlement général sur la protection des données…